Personnes hautement sensibles : un atout pour votre équipe

Nous travaillons à un rythme de plus en plus soutenu, et sous une pression toujours plus élevée, avec une connectivité quasi permanente du fait de la multiplication d’outils et d’applications de communication. Nous nous devons de récolter un maximum de « J’aime » et de rassembler un maximum d’« amis ». La plupart d’entre nous ont bien intégré cette dimension de disponibilité et de prestation permanente, et s’en accommodent fort bien. Mais pour une partie de la population, 15 à 20 %, ces stimuli extérieurs permanents constituent une réelle épreuve.

Vous connaissez peut-être ces personnes : elles ne supportent pas un environnement bruyant, préfèrent travailler seules et à leur propre rythme, perdent leurs moyens quand elles se sentent observées, et peuvent être rapidement débordées. Elles ont le sentiment d’être larguées, de ne plus pouvoir suivre le rythme des autres et d’être exclues. Ce sont peut-être des personnes dites hautement sensibles (PHS). Ce n’est pas un défaut, mais un trait de caractère qui a été identifié récemment grâce aux travaux de la psychologue canadienne Elaine Aron.

Pourtant, les PHS ont beaucoup à nous offrir. Ce sont des collègues dont le travail est souvent méticuleux, consciencieux et méthodique. Patientes et analytiques, ces personnes excellent à déceler les subtilités que les autres ne perçoivent pas. Elles ont une empathie développée.

Leurs qualités prédisposent les personnes hautement sensibles à des fonctions particulières. Grâce à leur conscience émotionnelle élevée, elles sont plus enclines à comprendre les émotions et les motivations des autres, et sont par exemple souvent employées dans des activités liées à la vente, car elles savent anticiper les attentes des consommateurs.

Les PHS sont appréciées en tant que responsables hiérarchiques car elles respectent et valorisent les membres de l’équipe, et leur offrent des opportunités. Elles sont claires dans leurs attentes concernant les rôles et responsabilités. Elles ne désirent pas contrôler, mais donnent les moyens et font confiance. Les PHS sont sensibles à la justice et à l’équité. Elles sont plus orientées « relations » qu’«agenda », et veillent à ce que tout le monde soit inclus dans les décisions.

Les PHS se sentent également à l’aise dans des fonctions de conseil, de diplomatie, ou des fonctions incluant des interactions face à face. Les métiers exigeant de la précision sont un autre domaine de prédilection : analyse de données, comptabilité, programmation.

Les PHS établissent des liens et décèlent des choses que d’autres ne voient pas, par exemple des variations minimes ou des omissions. Elles identifient ainsi des opportunités. Comme elles sont plus sensibles que la moyenne, les PHS ont aussi une faculté de prémonition en cas de crise. Elles émettent des signaux d’alarmes, qui, bien interprétés, peuvent permettre d’agir à temps.

Si vous avez dans votre équipe des personnes qui semblent souvent débordées et rapidement irritées, demandez-vous s’il ne s’agit pas de PHS. Découvrez leur richesse intérieure, et comment ces collègues peuvent mettre leurs atouts au service de l’équipe. Considérez leur différence comme un avantage ! 

Pierre Gildemyn

You are here