Rapport d’activités annuel de l’ombud

J’ai récemment présenté le Rapport annuel 2017 des activités de l’ombud à la Direction du CERN, puis au TREF, et je voudrais ici vous en retracer les grandes lignes. Ce rapport couvre les dix premiers mois d’activités de Sudeshna Datta Cockerill, qui m’a précédé en tant qu’ombud, ainsi que la période depuis le 1er novembre, date à laquelle j’ai repris ces fonctions.

Depuis la création du Bureau de l’ombud, une centaine de personnes environ consultent l’ombud chaque année. En 2017, plus de la moitié d’entre elles étaient des titulaires (LD et IC confondus), une proportion très proche des chiffres des années précédentes. En revanche, le nombre de boursiers et d’étudiants ayant fait appel aux services de l’ombud a augmenté significativement, tendance qui semble se poursuivre en 2018. Cette augmentation est sans doute en rapport avec l’accroissement significatif de cette population dans l’Organisation au cours des dix dernières années. Comme les années précédentes, la répartition hommes-femmes reste équilibrée. Cependant, si l’on rapporte ce chiffre au nombre de femmes et d’hommes au CERN, cela signifie que trois fois plus de femmes que d’hommes sont venues consulter l’ombud.

De même que pour les années précédentes, ce sont les différends hiérarchiques qui représentent la majorité des cas discutés avec l’ombud. Les visiteurs déplorent par exemple un manque de respect de la part de leur superviseur, des problèmes de communication, ainsi que des difficultés à déléguer. Je tiens cependant à préciser que la grande majorité des superviseurs au CERN dirigent leurs équipes avec respect et professionnalisme. Et il est important de rappeler que les superviseurs peuvent compter sur toutes les structures de soutien disponibles au CERN pour les aider dans la gestion de leur équipe.

Viennent ensuite les plaintes concernant le respect du Code de conduite du CERN, suivies par les conflits entre collègues. L’ombud reçoit aussi régulièrement des plaintes pour des attitudes sexistes et des comportements inappropriés, principalement envers les femmes. C’est notre devoir à tous de combattre ces attitudes pour garantir un climat serein et sûr pour nos collègues féminines. 

Je souhaiterais conclure en soulignant que les personnes qui sollicitent les services de l’ombud année après année disent apprécier l’existence de ce Bureau. La confidentialité assurée par l’ombud est une condition nécessaire pour que chacun puisse s’exprimer sans retenue, et beaucoup de visiteurs insistent pour que leur démarche reste confidentielle, par crainte d’éventuelles répercussions sur leur carrière. 

Toute organisation qui, comme le CERN, met en place des structures de soutien destinées aux plus vulnérables fait preuve d’un engagement incontestable pour créer de bonnes conditions de travail. À ce titre, n’hésitez jamais à faire appel à ces services.

Pierre Gildemyn

Si vous souhaitez réagir à mes articles, n’hésitez pas à m’envoyer un message à Ombuds@cern.ch. De même, si vous avez des suggestions de sujets que je pourrais traiter, n’hésitez pas non plus à m’en proposer.

You are here